• Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon

Les antiparasitaires

Parasites internes ou externes?

En principe, vous avez déjà entendu les termes "vermifuge", "pipettes", "comprimé contre les tiques" mais il n'est pas toujours évident de s'y retrouver dans le jargon vétérinaire. 

Cette page a pour but de vous éclairer sur les antiparasitaires au sens large mais puisque la dermatologie nous intéresse particulièrement ici, nous aborderons principalement les AntiParasitaires Externes (ou APE pour les intimes) .

 

Les vermifuges

Comme leur nom l'indique les vermifuges sont censés faire déguerpir (-fuge) les vers (vermi-).

On parle donc des parasites qui vivent à l'intérieur du tube digestif de votre animal (...ou parfois des poumons, des yeux etc).

Il existe de nombreuses familles de vermifuges de toutes sortes, qui vont plutôt atteindre certains types de vers. Dans chaque famille, la dose administrée, la fréquence à laquelle est donnée la molécule, modifient son action. La vermifugation, qui peut apparaître simple de prime abord fait l'objet d'une réflexion par votre vétérinaire qui adapte son vermifuge, la fréquence, la dose, en fonction de l'animal et de ses conditions de vie. Sachez que nous vermifugeons nos animaux pour leur santé mais aussi pour la notre, ces petits vers qui colonisent leur tube digestif se plaisent très bien dans le notre également.

Les antiparasitaires externes

Là on s'attaque à un autre type de petites bêtes, celles qui vivent s'alimentent ou se baladent sur la peau de votre chien. En première ligne évidemment nous retrouvons les puces, mais n'oublions pas nos amis les tiques, les moustiques ( si vous n'avez pas encore entendu parlé de "phlébotome" c'est le moment de nous poser la question! )  mais aussi, les agents de gale, les demodex.... Bref la liste peut être longue.

Alors pourquoi ? Et bien premièrement parce que se faire piquer, ce n'est pas agréable mais aussi cela peut être dangereux, toutes ces petites bêtes peuvent transmettre des maladies. Les puces transmettent des vers, les tiques transmettent la maladie de lyme ou la piroplasmose (pour les plus connues), les phlébotomes transmettent la leishmaniose. Vous l'aurez compris il est important de protéger son compagnon, et ce TOUTE L'ANNEE.

En effet point important, autrefois les vétérinaires ne conseillaient pas de traiter l'hiver

parce que les animaux vivaient à l'extérieur, les puces restaient dehors et le froid

faisait son oeuvre... Mais ça c'était avant , de nos jours les animaux dorment à 

l'intérieur et les puces aussi et l'hiver n'est plus tout aussi rigoureux qu'auparavant.

Les puces bondissent toute l'année, pour notre plus grand désespoir.

Les différents mode d'action et leurs intérêts 

Depuis plusieurs années les laboratoires se sont saisis de la question, puisque les vétérinaires recommandent de traiter contre les parasites externes, les laboratoires se sont mis à produire toutes sortes de nouveaux produits avec de nombreuses formes allant des plus efficaces aux moins pratiques en passant par les plus chères.

Mais comment s'y retrouver en tant que consommateur ? 

LES FORMULATIONS EXTERNES, diffusion de surface :

Historiquement ce sont les plus vieux APE mis sur le marché, Ils présentent l'intérêt d'avoir

déjà été amortis (d'un point de vu coût de la recherche/retour sur investissement du 

laboratoire). Ce sont donc des antiparasitaires qui ont déjà fait leurs preuves, ils sont peu 

onéreux et facile d'utilisation.  Ce sont ceux que l'on connait classiquement. Une application

tous les mois généralement avec un "spot on" directement sur la peau et le produit diffuse.

L'inconvénient majeur découle d'ailleurs de ce fait. Si le produit est sur la peau, l'animal peut

le lécher et l'ingérer, on le retrouve aisément sur tout ce que touche l'animal, y compris nous,

y compris nos enfants. Par principe de précaution, dans notre clinique nous avons choisi de vous

orienter le plus souvent possible vers une autre option. 

LES FORMULATIONS INTERNES, diffusion systémique :

La diffusion systémique est une diffusion via le sang, ainsi le produit se retrouve

dans les mêmes quantités du bout du nez au bout de la queue, ce qui garanti

une protection optimale. Puisque le produit n'est pas en surface , il ne peut être

lessivé lors de baignade, de léchage intensif, pas de perte d'efficacité pour les 

amateurs d'eau. Ces molécules sont développées depuis peu d'années. Beaucoup

d"angoisses" ont gagné les propriétaires : le fait de donner via la bouche notamment

fait débat, beaucoup de désinformation se retrouve sur internet... L'apologie ou le

lynchage de telle ou telle molécule n'est pas au programme, sachez simplement que

pour nous la santé de votre animal est primordiale. Il existe plein d'options. Si votre

animal ne supporte pas les voies orales nous pouvons utiliser des pipettes à

appliquer sur la peau qui vont traverser cette dernière pour se retrouver dans le  

sang.... Tout n'est pas perdu, exposez nous vos contraintes et nous trouverons

la meilleure méthode pour vous.

Et attention aux achats libres dans des structures sans vétérinaire, tout ce qu'on y trouve n'est pas forcément de qualité... Eviter les mentions, répulsif ou insectifuge, votre porte monnaie vous remerciera.

08/11/17

Dr Balme Chloé