• Facebook Social Icon
  • Google+ Social Icon

La douleur après une opération du chien : il existe des traitements efficaces

Il n’y a pas si longtemps, on hésitait à donner des médicaments antidouleur aux chiens après une opération chirurgicale : on avait peur qu’ils fassent sauter les points de suture en bougeant trop s’ils n’avaient pas mal ! Grâce aux progrès réalisés en médecine humaine, ces clichés concernant les « bienfaits » de la douleur post-opératoire sont heureusement battus en brèche.

On sait désormais que la douleur est, au contraire, la cause de nombreux effets secondaires indésirables après une intervention.

Evaluer la douleur chez un chien

Comme on l’entend souvent, « l’animal ne parle pas ». Il est donc parfois difficile de savoir s’il a mal. Heureusement, des grilles ont été mises au point pour faciliter le travail des vétérinaires : en fonction de l’attitude et du comportement du chien, le degré de douleur peut être quantifié. Un chien prostré, qui répond peu aux sollicitations extérieures, qui tient la tête basse et qui passe son temps à lécher une zone potentiellement douloureuse nous dit clairement qu’il a besoin d’être soulagé !
 

La morphine et ses dérivés sont aussi utilisés en médecine vétérinaire

Les médicaments morphiniques sont des substances de choix pour lutter contre la douleur intense, en médecine humaine comme en médecine vétérinaire. Les dérivés de l’opium sont utilisés comme analgésiques chez l’homme depuis plus de 2000 ans. Le principe actif principal, la morphine, a été baptisée ainsi à cause de Morphée, le dieu des rêves. La morphine, ainsi que plusieurs substances de la même famille (les morphiniques), se fixent dans le système nerveux pour abaisser le seuil de sensation de la douleur. Les « patchs » morphiniques sont des timbres à coller sur la peau contiennent une petite quantité de morphiniques qui diffusent pendant un temps assez long dans l’organisme.

Ces médicaments, prescrits par votre vétérinaire, sont à manier avec de grandes précautions à cause des effets secondaires qu’ils peuvent entraîner.